Les examens de nationalité espagnole sont remplis de citoyens britanniques face à l’évolution du Brexit

Louis Ghio, professeur, interprète et traducteur; Gareth Thomas, professeur d’anglais… Ce sont deux des Britanniques qui ont passé ces dernières semaines dans les salles de classe de TANDEM International School, à Madrid. Pourquoi ? Parce qu’il veulent se présenter aux examens « Connaissances constitutionnelles et socioculturelles de l’Espagne » (test CCSE) et du DELE (Diplôme d’Espagnol Langue Étrangère).

Ces tests, indispensables pour demander la nationalité espagnole, sont convoquées par l’Instituto Cervantes à travers son réseau d’écoles collaboratrices d’enseignement de l’espagnol, parmi lesquelles TANDEM Madrid.

Louis et Gareth vivent à Madrid depuis plus de 10 ans (Louis depuis 1985) et parlent parfaitement espagnol.

La seule issue qu’ils voient dans le labyrinthe du Brexit est de devenir espagnols, ce qui les oblige à renoncer à leur nationalité britannique. « J’ai vécu pratiquement toute ma vie d’adulte en Espagne. Je suis membre de sa société, je paie mes impôts ici, ma maison est ici, mon partenaire est d’ici.

Avec le Brexit, le Royaume-Uni a décidé de rompre l’accord qui m’a toujours permis, en tant qu’Européen, de résider légalement en Espagne presque comme un Espagnol de plus.

Brexit
Par conséquent, j’ai décidé de demander la nationalité, non seulement pour des questions juridiques, mais aussi comme un pari sur mon long avenir en Espagne, pays que j’aime », explique Gareth Thomas dans un parfait espagnol.

Louis vit ce moment avec une réelle inquiétude : « Je suis en Espagne depuis de nombreuses années. Même si je ne me sens pas encore totalement espagnol, je me sens plus à l’aise ici qu’au Royaume-Uni. Je n’avais jamais eu à envisager d’obtenir la nationalité espagnole car cela n’a jamais été nécessaire.

Protégé dans ma citoyenneté européenne, protégé par les lois européennes et les droits qui en découlent, je ne voyais pas la nécessité. Il est difficile d’expliquer ce que vous ressentez lorsque vous envisagez de changer de nationalité.

Un mélange entre trahison et perte d’identité ; une sorte de renoncement à un collectif, d’amnésie volontaire. Seul un événement majeur, qui mettrait en péril mon mode de vie, pourrait m’amener à l’envisager. Il s’est produit quelque chose d’impensable ».

Londres
Les « examens de nationalité » se déroulent de manière massive et régulière depuis octobre 2015 le gouvernement a décidé d’ouvrir la porte pour donner la possibilité de devenir espagnols à des millions d’immigrants et d’expatriés arrivés dans le pays à la fin des années 90 et au début des années 2000.

Les personnes résidant en Espagne depuis au moins 10 ans peuvent se présenter à cette démarche. Une fois ces tests passées, le processus d’acquisition de la nationalité espagnole se poursuit au Ministère de la justice.

Assister à l’une des convocations à ces examens est comme ouvrir une fenêtre sur le monde.

Il y a des personnes d’origines, de contextes socioculturels et professionnels très différents, mais il y a beaucoup d’immigrants d’Asie (Bangladesh et Pakistan notamment), d’Amérique latine, du Maroc, d’Europe non communautaire, du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne. Les Européens de la Communauté, les Américains, les Australiens ou les Canadiens qui se présentent à cette démarche ont les doigts d’une main à chaque convocation.

[vc_empty_space height= »42px »]Mais le Brexit et sa dérive ont changé le paysage.

Il est maintenant facile de distinguer les noms britanniques sur les listes de participants. À Madrid, ce sont généralement des professionnels de l’éducation, des avocats, des journalistes, des avocats, etc., pleinement intégrés dans la vie espagnole.

Ils regrettent de ne pas avoir pu voter lors du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni. Et c’est précisément eux qui seront les premiers touchés de manière radicale lorsque le retrait de l’Union européenne sera achevé.

À partir de mars 2019, ils entreront dans les limbes de l’Espagne puisqu’ils ne seront plus des citoyens européens. Leur cas est très différent de celui de milliers de compatriotes qui résident sur la côte espagnole et qui, pour la plupart, vivent sur une « île britannique ». Ils connaissent à peine la culture et la société espagnoles et leur connaissance de l’espagnol est limitée.

Le Brexit augmente également la tendance à apprendre l’espagnol au Royaume-Uni : « Nous n’avions jamais ressenti un tel intérêt pour l’espagnol », a déclaré le directeur de l’Instituto Cervantes de Londres, Ignacio Peyró, dans une interview avec l’agence Efe, pendant la foire « Language Show », tenue en novembre dans la capitale britannique.

Plus d’informations :

Plus d’informations

Archives

Camps d'été pour enfants et adolescents.

Si vous vous inscrivez avant le 31 mai : inscription gratuite.


Si vous avez déjà participé à un programme d'été à TANDEM : 15% de réduction + inscription gratuite.

 


Utilisez le code de réduction lors de la réservation : CAMPS2024

15585